SEM

20 Sep
SEM
par Leila
20 Sep
SEM
par Leila

L’influence des partages sociaux sur le référencement naturel : corrélation/causalité, attention aux amalgames !

Deux études contradictoires sur les critères de pertinence pour les moteurs de recherche

 

Il y a quelques temps, nous vous avions fait part d’une étude Searchmetrics sur les critères de pertinence dans les SERPs. Les conclusions de cette étude, et de plusieurs autres études ayant eu lieu à la même période, mettaient en avant une grande importance des signaux sociaux dans le référencement. En effet, toutes ces analyses plaçaient les partages et + 1 sur les réseaux sociaux en tête de liste des critères de classement des moteurs de recherche.

Alors que tout le monde semblait s’accorder sur cette idée, Matt Cutts a pourtant récemment démenti l’influence de ces interactions sociales sur le positionnement d’une page. Sur le site Hacker News, Matt Cutts explique ainsi que la « course aux +1 » est vaine, en tout cas quand elle vise à servir le SEO, et qu’il est donc  inutile de dramatiser si une page de votre site n’est pas populaire sur les réseaux sociaux : pour Google, cela n’a pas d’importance. Selon lui, c’est bien simple : “If you make compelling content, people will link to it, like it, share it on Facebook, +1 it, etc. But that doesn’t mean that Google is using those signals in our ranking » à savoir « si vous créez du contenu intéressant, les gens vont faire des liens vers celui-ci, le partager sur Facebook, cliquer sur +1, etc. Mais cela ne signifie pas que Google va utiliser ces signaux dans son classement. »

Pour vérifier ces dires, Eric Enge, de Stone Temple, une des figures de proue du SEO outre-Atlantique, a lui-même effectué une étude, intitulée « Direct Measurement of Google Plus Impact on Search Rankings« , visant à vérifier l’influence des signaux sociaux sur le positionnement d’une page dans les moteurs de recherche. Son constat est clair : rien ne prouve que le nombre de partages sociaux d’une page, notamment sur Google +,  a une incidence sur sa position dans les SERPs.

Etude Stone Temple - Impact des signaux sociaux sur le SEO

Etude Stone Temple - Impact des signaux sociaux sur le SEO

 

De l’importance de ne pas confondre corrélation et causalité en SEO

Pourquoi deux sons de cloche si opposés à seulement quelques mois d’intervalle ? Toutes les précédentes études étaient-elles dans l’erreur ? Après tout, c’est un fait, il est facile de constater que les pages les plus populaires d’un site (et donc celles qui bénéficient du plus grand nombre de « shares » et de +1) sont en général les mieux référencées. Oui mais il y a une distinction fondamentale à ne pas oublier : les premières études se basaient sur un principe de corrélation, tandis que celle d’Eric Enge prend en compte une véritable causalité.

A ce sujet, ces  analyses ont poussé les experts du SEO à s’intéresser davantage à la différence entre ces deux termes.

Olivier Andrieu, du blog Abondance, fait ce petit rappel : la différence ente corrélation et causalité est essentielle dans la lecture des résultats de ces différentes études. La corrélation résulte d’un constat, celui qu’il existe un lien entre le volume des signaux sociaux et le positionnement dans les moteurs de recherche. Autrement dit, on constate que les pages bien référencées bénéficient généralement d’un plus grand nombre de partages sociaux que les autres. Toutefois, il ne s’agit que d’une corrélation et non pas d’une causalité, qui, elle, désigne un rapport de cause à effet entre un évènement A et un évènement B et qui signifierait donc que ces pages sont bien positionnées PARCE QU’elles ont beaucoup de partages. En d’autres termes, corrélation n’implique pas causalité, c’est ce qu’Eric Enge a cherché à démontrer et que les premières études avaient tendance à nous faire oublier.

 

Finalement, les partages sociaux ont-ils une influence sur le positionnement ?

Comme d’habitude, en SEO, cette analyse de Stone Temple est à prendre avec des pincettes. Il est en effet nécessaire de prendre du recul : l’étude d’Eric Enge cherchait à évaluer l’impact des partages Google + sur le positionnement d’une page mais tout ce qu’il a finalement réussi à prouver, c’est qu’un lien généré par un partage Google+ peut accélérer le processus de découverte, voire d’indexation d’une page. Par contre, il n’a pas réussi à démontrer que les partages sur Google+ avaient un véritable impact sur le positionnement dans Google.

Attention aux conclusions hâtives : il serait faux d’affirmer que les partages Google + n’ont aucune incidence sur le ranking d’une page, simplement, aucune étude n’a encore réussi à le prouver.

 

 

• Publié dans SEM •

À propos de Leila

Chef de projet SEO et webmarketing, Terminator de l'orthographe et Pinterest addict... Malgré mon profil littéraire et mon goût pour les mots bien choisis, je n'ai pas encore trouvé la clé pour savoir me présenter en bonne et due forme.

écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*