Fiches pratiques

27 Juin
Fiches pratiques
par Marc
27 Juin
Fiches pratiques
par Marc

Comprendre Google RankBrain et son impact pour le SEO

Système d’intelligence artificiel, RankBrain semble devenir un élément central de l’algorithme de Google pour le classement des pages de résultat. Si lors de son lancement officiel en 2015 l’impact de RankBrain ne concernait que 15% des requêtes que le moteur n’a jamais vu, Google semble très confiant en cette technologie aux capacités mystérieuses puisqu’elle serait désormais utilisée pour toutes les requêtes.

Ce nouvel algorithme basé sur le Machine Learning ne manque pas d’attirer la curiosité du monde du SEO, surtout depuis que Greg Corrado, co-fondateur du projet Google Brain a déclaré que RankBrain est devenu le 3ème critère de positionnement après les liens et le contenu. Mais est-il possible de tirer parti de cette technologie en vue d’encourager son référencement ? Google adressera-t-il des consignes aux webmasters relatives à RankBrain ? Ou devra-t-il trouver un nouveau filtre de pénalité pour ceux qui trouveraient une faille ?

RankBrain : Machine Learning et Deep Learning

RankBrain est un système d’intelligence artificiel conçu pour aider le moteur de recherche à analyser et comprendre les requêtes complexes pour offrir aux internautes des réponses toujours plus pertinentes.

Machine learning et deep learning

illustration : www.toptal.com

Cette intelligence artificielle repose sur le Machine Learning, technologie au cœur des innovations de Google, déjà utilisée pour le concept de voiture autonome ou l’algorithme de Go qui a vaincu le meilleur joueur du monde. Cet « apprentissage automatique au cœur des recherches sur l’analyse prédictive a pour principe de lier une quantité massive d’informations et de données avec des algorithmes d’apprentissage dans un but précis.

Cette technologie est complétée par le Deep Learning, une autre technologie d’apprentissage au cœur de l’intelligence artificielle basée sur des « réseaux de neurones artificiels » : elle correspond à la faculté pour la machine d’apprendre par elle-même à reconnaître des éléments comme une voix ou une image. Les réseaux de neurones artificiels effectuent tour à tour une analyse qui sert de base à la « couche » suivante de neurone, d’où le terme d’apprentissage « profond ». En 2012, Google Brain a analysé des millions de captures d’écran de Youtube, la machine a été en mesure de détecter des formes de chats et de corps humains par elle-même, sans qu’on lui ait expliqué à quoi ressemble un chat.

Si les progrès concernaient surtout la reconnaissance vocale et la reconnaissance d’image, comment ces technologies sont-elles utilisées pour le classement des résultats du moteur de recherche ? RankBrain établit des connexions entre les requêtes recherchées par les internautes et construit des vecteurs entre ces mots pour mieux répondre aux requêtes complexes. De cette manière, une page ne contenant pas la requête de l’internaute mais répondant avec pertinence à sa requête est en mesure d’être mieux positionnée.

 

Quel impact pour le SEO ?

seo et rankbrain

Si Google a vu le jour en 1998 avec la volonté d’organiser l’information mondiale, RankBrain répond parfaitement à cette mission initiale en valorisant l’affichage de résultats pertinents à l’abri des techniques de référencement qui tire profit des critères de positionnement.

La communication de Google à ce sujet est très floue, Gary Illyes a déclaré que RankBrain ne donnerait lieu à aucun score et qu’il n’y a aucune méthode pour en bénéficier… La technologie ne remplacerait en rien les autres critères de référencement, elle permettrait simplement de récompenser les contenus utiles à l’internaute. Rien de nouveau donc pour le SEO…

Un flou renforcé par les équipes Google qui déclarent elles-mêmes ne pas maîtriser les rouages de cette technologie d’intelligence artificielle.

Evolution de la communication de Google

Depuis sa création en 1998, Google a été à la recherche des facteurs de positionnement les plus pertinents pour le classement des résultats. Chaque nouveau facteur annoncé a été accompagné de techniques SEO en vue de profiter de l’algorithme que ce soit avec les liens, les mots-clés, les contenus… Chaque facteur a été détourné et abusé au fil des années obligeant Google à devenir un gendarme du web avec la mise en place de consignes aux webmasters et de pénalités algorithmiques ou manuelles.

Sauf que dernièrement, le moteur opère un changement stratégique dans sa communication puisque toutes les nouveautés annoncées comme facteur de positionnement ne peuvent être détournées et constituent des bonnes pratiques profitables aux internautes : compatibilité mobile, AMP, temps de chargement, https…

Rankbrain se positionnerait dans la continuité de cette approche, un facteur de positionnement indétournable dont la seule manière d’en profiter est de respecter les consignes de Google : la production de contenus à valeur ajoutée.

 

SEO : peux-on tirer parti de RankBrain ?

S’il n’existe pas de technique miracle pour profiter de RankBrain, la technologie ne fait en fait que renforcer les tendances stratégiques SEO actuelles. La réflexion pour le SEO d’un site ne doit plus être :

  • X un mot-clé = une page répondant au mot-clé exact de l’internaute.
  • Mais une page = un contenu utile sur thématique où l’on retrouve plusieurs sous-thématiques en rapports

Il ne faut pas se concentrer sur la requête de l’internaute mais essayer de comprendre ce qu’il recherche réellement. Une remise en cause permanente des contenus du site pour s’assurer qu’ils correspondent bien aux attentes des internautes :

1)     Elargir la recherche de mots-clés

 

Le travail de recherche de mots-clés pour l’optimisation d’un site reste central. Cependant, il faut davantage rechercher les mots-clés et thématiques complémentaires afin d’établir les connexions entre les requêtes de la même manière que RankBrain. La volonté de la technologie reste la compréhension des requêtes de la longue traîne, c’est donc évidemment sur les requêtes plus longues et précises qu’il faut s’intéresser.

Pour cela, il suffit de consulter l’outil de suggestion de Google (ajouter * avant et après le mot-clé principal), analyser les recherches des internautes sur son site ou consulter les forums et lieux de discussion autour de la thématique.

 

2)     Ne plus se concentrer sur la répétition de mots-clés

 

La qualité des contenus devient centrale pour le référencement, il faut tenter de répondre à l’ensemble des questions potentielles de l’internaute sur une thématique avec un contenu utile et agréable à lire. L’enjeu n’est plus de répéter X fois un mot-clé principal et des mots-clés secondaires mais bien d’aborder les expressions et sous-thématiques liées à la thématique de la page.

 

3)     Analyser le succès des contenus du site

 

L’analyse statistique est un outil précieux pour évaluer la qualité des contenus d’un site. Plutôt que de multiplier les contenus pour simplement apporter du contenu frais sur le site, l’enjeu est d’évaluer pour chaque contenu publié si les internautes l’apprécient. Pour cela, les indicateurs ne manquent pas : durée de visite, taux de rebond, partage sur les réseaux sociaux…

Autre outil, le rapport sur l’analyse de la recherche sur Search Console qui fournit le CTR (taux de clic) des différentes pages du site avec le positionnement. Un CTR faible indiquerait que les metas Title et Description de la page utilisées ne correspondent pas aux attentes des internautes.

Plusieurs spécialistes sont convaincus que Google ne saurait se passer des précieuses données du CTR (taux de clic) dans ses pages de résultat. En effet, on imagine que le moteur a tout intérêt à utiliser l’engagement de l’utilisateur pour valoriser les résultats entrainant un taux de clic supérieur par rapport à leur position sur la page, et inversement. Un indicateur de qualité, véritable vote des internautes, dont les nombreuses données pourraient enrichir l’analyse de RankBrain. Pourtant, le moteur de recherche affirme que le CTR n’est pas un critère de positionnement.

Sources :

• Publié dans Fiches pratiques •

À propos de Marc

Chef de projet à l'écoute des moteurs de recherche pour mieux les apprivoiser, explorateur de l'univers infini du web en veille permanente.